L'application multi-supports pour vous faire vivre l'expérience

SITE WEB - TABLETTE - SMARTPHONE

Bureaux

Groupe Keran

Il s’agit de mettre en place un bâtiment de bord de rue aux proportions allongées et, dans le même mouvement, de créer une architecture de tête visible et reconnaissable de tous les points de vue à partir des grands boulevards adjacents. 
 

Description

La première chose qui m’a interpellé avec ce bâtiment relativement récent est son mouvement. Il s’inscrit sur l’un des grands axes de l’île de Nantes et s’adosse à la voie ferrée. Son style architectural est très géométrique et répétitif, il se démarque dans son environnement par ses formes et son envergure. L’intérieur peut être entièrement modulé, j’ai été étonné par la facilité et la qualité d’évolution de  celui-ci.

Je remarque l’utilisation de matériaux industriels comme le métal et le verre. L’architecte a voulu jouer avec les pleins et les vides, il oppose l’opaque et la transparence, le noir profond et l’éclat du verre. Le jeu des volumes, les reflets des matériaux et la disposition d’éléments coulissants font bouger la façade. La lumière apporte de l’éclairage à l’intérieur des bureaux, et donne aussi une impression de volume au bâtiment. Enfin, la terrasse permet une avancée vers la ville puisque la place, disposée à l’avant, propose une vue panoramique sur l’île de Nantes.

Galerie

  • groupe_keran_1_mobile_1920x1080.jpg
  • groupe_keran_2_mobile_1920x1080.jpg
  • groupe_keran_3_mobile_1920x1080.jpg
  • groupe_keran_4_mobile_1920x1080.jpg
  • Architecte : Dominique Perrault
  • Maître d'ouvrage : Groupe Keran
  • Statut du projet : Achevé
  • Surface : 7000m²
  • Date de livraison : 30/09/2015
  • Mise en lumière : Non
  • Matériaux principaux :

    Verre et métal 

 

Cet édifice s’inscrit dans une histoire longue qui trouve son origine lors de la création du nom de l’Île de Nantes qui, sous un même nom, permit au maire de l’époque Jean-Marc Ayrault et aux architectes urbanistes Dominique Perrault et François Grether de rassembler plusieurs îles en un seul territoire.

 

Aujourd’hui, plus personne n’oserait imaginer que l’Île de Nantes ne soit pas le coeur du coeur de la métropole nantaise. La Biennale de Venise en 2010 a accueilli dans le pavillon français l’exposition « Métropolis ? » dans laquelle Nantes et son île figuraient au premier plan et tenaient haut la comparaison avec les autres métropoles de Lyon, de Marseille et de Bordeaux. C’est dire si ce bâtiment, construit à un jet de pierres du noir Palais des Sports, chef d’oeuvre de l’architecte Jean-Luc Pellerin, entre en résonnance avec les tracés de par sa couleur, son rythme et sa radicalité graphique. Il s’agit de mettre en place un bâtiment de bord de rue aux proportions allongées et, dans le même mouvement, de créer une architecture de tête visible et reconnaissable de tous les points de vue à partir des grands boulevards adjacents.

 

Comme des doigts qui s’entrecroisent, les différents volumes viennent créer une charnière qui symbolise l’interactivité et la synergie entre les différents départements du groupe KERAN. Cette articulation organise ainsi le passage entre la façade Nord ouvrant sur la rue René Viviani et la façade Sud ouvrant sur la voie ferrée. Elle permet ainsi de créer en termes de design le passage d’une façade sculptée à une façade plane. Le relief de la première est amplifié par des jeux de sous-face en métal poli-miroir, qui multiplient les éclats et les reflets de la lumière et des mouvements de la rue Viviani. La planéité de la seconde est aussi vivante, par le jeu et les mouvements des brise-soleil qui la protègent. Ainsi, c’est un bâtiment à trois faces, l’une stratifiée au Nord, l’autre imbriquée en pignon d’entrée et la dernière, sérielle, en touches de piano de métal et de verre. Ce travail d’enveloppe dialogue avec l’environnement urbain mais aussi avec l’environnement intérieur du bâtiment car des loggias sont creusées, mais aussi un grand balcon d’attique est mis en place, un jardin de bord de rue s’y adosse. Ces éléments d’architecture prolongent les espaces intérieurs qui sont eux-mêmes aménagés en parois de verre transparentes, sablées ou opaques, apportant de larges visions et baignant l’intérieur de l’édifice d’une généreuse lumière naturelle. Un escalier ouvert à tous et sans cloison relie en toute liberté les paliers ouverts et conviviaux de chaque niveau. On sent ici des pratiques de rencontres, d’échanges, de partage et, à terme, certainement, de mutualisation. Les principes d’organisation des plans intérieurs sont simples, linéaires et rationnels, permettant de passer facilement du bureau individuel à des plateaux open space au gré des besoins d’organisation de production de la société.

 

En conclusion, l’immeuble apparaît comme solide, dense et compact. La multiplication des baies vitrées comme des hublots de transatlantique montre qu’il y a du monde à bord. Cette activité, que l’on imagine intense, met en mouvement la masse du bâtiment, l’orientant vers le grand carrefour, croisée des grands axes de l’Île, tant dans son travers que dans sa longueur.

 

Ainsi, la boucle est bouclée.

Partenaires

Bâtiments similaires