L'application multi-supports pour vous faire vivre l'expérience

SITE WEB - TABLETTE - SMARTPHONE

Parc

Jardin des GéantsMutabilis

Dans l'imaginaire collectif local, les Géants sont des monstres sacrés assurant la protection et la prospérité des lillois.

Dans ce jardin, les paysagistes ont voulu les recréer pour que l'imaginaire rencontre la réalité. 

Description

Un jardin poétique

Dans ce jardin, trois parties essentielles sont à distinguer. Elles ont été conçues en fonction de leur environnement limitrophe, afin d’optimiser les flux de circulation pour que rien ne soit imposer aux promeneurs. Et en effet, les sentiers et les différentes passerelles me guident instinctivement, je ne butte sur aucun de mes pas et n’hésite sur aucune des directions à prendre.

 

J’arrive bientôt sur un grand espace, dégagé, ouvert : le parvis. Ce parvis qui marque aussi l’entrée des locaux de la Métropole, se distingue par une horizontalité parfaite et aussi par sa double fonctionnalité : être un jardin, tout en restant une place publique où se croisent à la fois, promeneurs, employés et visiteurs.

 

Je suis intriguée par un sentier qui part vers la droite. Je n’aperçois pas sa finalité car de longs roseaux en cachent l’extrémité. Je décide de m’y aventurer. J’accède alors à une partie très végétalisée. Les herbes sont plus hautes, les massifs de fleurs plus denses, les bosquets plus grands. Je suis entrée dans l’herbe des Géants. A ma grande surprise, je suis extraite de l’environnement urbain dans lequel je me trouvais, en seulement quelques minutes. Ici, je sens, je vois et je touche, dans un calme absolu. C’est une explosion de couleurs et de saveurs.

 

Alors que je suis un paisible cours d’eau, comme si je souhaitais en découvrir la source, j’entre dans une partie plus ombragée. Ici, les espaces sont plus dégagés. Je comprends, en fait, que c’est une impression seulement accentuée par la hauteur des arbres, qui sont plus fins et allongés. Je joue à cache-cache avec les sculptures et les statues artistiques qui jonchent les allées. Cette dernière dimension, infiniment poétique, vient compléter ce tableau idyllique de ma visite du jardin des Géants.  

Galerie

  • jardin_1920x1080-1.jpg
  • jardin_1920x1080-2.jpg
  • jardin_1920x1080-3.jpg
  • jardin_1920x1080-4.jpg
  • Paysagiste : Juliette Bailly Maitre, Agence Mutabilis
  • Maître d'ouvrage : Métropole Urbaine de Lille
  • Statut du projet : Achevé
  • Surface : 30000m²
  • Date de livraison : 06/06/2009
  • Coût des travaux : 5,5 M E HT
  • Mise en lumière : Oui
  • Matériaux principaux :

    Pierre bleue belge, acier corten, métal, parvis de graminées, sous bois de bambous, jardin humide et jardin baroque. 

  • Visitable : Oui

Le Regard du Paysagiste

Texte produit par l'agence Mutabilis

 

Alors que le programme suggérait l’inverse, nous avons décidé d’en faire un espace ouvert tant physiquement que visuellement de manière à ce qu’il joue pleinement son rôle de parvis. Son traitement simple et ouvert, de vivaces et de graminées permettait de préserver les horizons existants, de faire la communion entre les arbres magnifiques du cimetière et les bâtiments tout aussi exceptionnels du nouveau quartier et d’offrir une ouverture vers le ciel: le parvis des nuages.

 

La deuxième séquence était confinée entre le périphérique et les bâtiments très présents et peu qualitatifs de la communauté. Les deux dominants et surplombants l’espace. Cette séquence s’est imposée introvertie, où, par contraste avec le parvis des nuages très ouvert, nous enfermerions les promeneurs dans une nature persistante : l’herbe des Géants.

 

Enfin la troisième séquence offrait un contact nécessairement plus doux, renouant avec la ville, ses habitants, l’horizon des maisons en brique ou le bâtiment Euralliance plus intéressant dans son architecture.

 

Du côté du périphérique suspendu en viaduc, la tranchée du tramway apportait de la profondeur avec un reliquat d’espace planté sur lequel nous pouvions intervenir par quelques touches de plantations. La ville devrait dominer cette partie du jardin, être en belvédère sur un jardin en creux, ce qui collait parfaitement avec la topographie des lieux. A la place des talus, nous avons opté pour des murs, à la place du bitume, nous avons creusé pour retrouver l’eau dans le jardin des sources.

 

Notre figure spatiale étant définie, nous voulions ensuite fabriquer un jardin qui ne soit pas uniquement un design d’espace. Nous voulions raconter une histoire et faire d’un jardin contemporain un pont avec la culture locale.On nous demandait de faire un jardin pour une communauté urbaine rassemblant 87 communes dont les géants gardaient les clefs.

 

Nous avons décidé de faire un jardin allégorique qui évoquerait les Géants d’osier à la reconquête d’un plaisir de vivre dans leur ville. Ainsi les bâtiments totem et les 3 séquences du jardin évoquent l’histoire des Géants qui ont creusé un sol inerte pour y retrouver l’eau nécessaire à la fertilité et à la vie d’un jardin.

Bâtiments similaires