L'application multi-supports pour vous faire vivre l'expérience

SITE WEB - TABLETTE - SMARTPHONE

Bureaux

Tour EuravenirLAN Architecture

Résolument moderne, ce bâtiment de bureaux ne ressemble à aucun autre.

Description

La Tour Euravenir se dresse devant moi comme une statue de cuivre sculptée dans les airs. Le bleu tranchant du ciel  lillois renforce cet effet de masse. Plantée tel un menhir au fond de ce boulevard, je ne vois qu’elle.

 

Elle m’impressionne mais je ne sais pas si c’est à cause de sa couleur ou de sa forme. La tour perchée sur un solide socle triangulaire fend le ciel d’une géométrie imparfaite. Pas une seule de ses faces n’est identique. Sur l’une, des grands pans vitrés qui couvrent au moins trois étages offrant aux usagers une vue imprenable sur la métropole lilloise. Sur l’autre, des grands sillages de fer qui sont en réalité des brise-soleil.

 

Le Saviez-Vous ? La peau du bâtiment semble rouillée, tannée, usée. En réalité, c’est l’utilisation du cuivre qui donne cet effet. Au fil des saisons, le cuivre a perdu de sa brillance. Un aspect qui lui insuffle résolument un vent de modernité. 

Galerie

  • euravnir_1920x1080-1.jpg
  • euravnir_1920x1080-3.jpg
  • euravnir_1920x1080-2.jpg
  • euravnir_1920x1080-5.jpg
  • Architecte : Umberto Napolitano
  • Maître d'ouvrage : SPL Euralille
  • Statut du projet : Achevé
  • Surface : 3486m²
  • Date de livraison : 01/01/2014
  • Coût des travaux : 5,9 M€ HT
  • Mise en lumière : Non
  • Matériaux principaux : Cuivre
  • Visitable : Non

Le regard de l'architecte

Texte produit par l'agence LAN Architecture 

 

Le projet de la tour Euravenir occupe la dernière parcelle libre de la première phase du quartier d’Euralille, commencé en 1988 avec le projet d’OMA en association avec François Delhays.

 

Est-il possible de réaffirmer la ville à partir d'un projet d'architecture ?

 

Cette interrogation audacieuse a été le point de départ du travail de mise en forme. La position stratégique de la parcelle, située au carrefour de différents axes a orienté nos recherches vers une résolution sophistiquée qui ambitionne de se positionner comme une rotule, comme un point de suture pour unir l’ensemble des éléments qui gravitent autour. Une architecture "multiforme" qui puisse, par sa géométrie, apporter une réponse spécifique aux différentes problématiques liées à la fois à l'échelle, à la géographie et au programme du projet. Par un jeu de prolongement et d’entrecroisement des axes à l’intérieur de la parcelle, l’extrusion initiale a été ciselée pour obtenir une sorte de petite tour. Parachevant l’avenue Le Corbusier, cet élément vertical forme aussi un immeuble d’angle pour la place Valladolid et un signal urbain lorsqu’on vient du périphérique en contrebas.

 

Grâce à cette architecture, un nouvel espace urbain est agencé, combinant privé et public, verticalité et horizontalité. La base du projet offre aux habitants et aux usagers des bureaux un espace public voué à la rencontre, destiné à une échelle humaine. En raison de l’interdiction de construire en limite de parcelle, une sorte de portique propose une porosité et offre une protection aux intempéries, un espace extérieur animé, où se rencontrent les usagers des bureaux, les passants, les clients des commerces.

Bâtiments similaires